Parce que nous avons tous un cerveau !

Humour : Cerveau végétal

Il arrive fréquemment que l’on nous demande « Mais c’est quoi les neurosciences ? A quoi ça sert ? Et en entreprise, quel intérêt… ? »

La réponse/raison la plus immédiate serait "Parce que nous avons tous un cerveau !" Et qu'à ce titre, il est important de comprendre quelque peu comment il fonctionne, car il est au centre de nos vies, de nos actions et de nos décisions. Mais cette réponse ne dit rien de ce que sont et apportent les neurosciences. Et ces questions sont légitimes de la part de nos interlocuteurs, car de manière directe ou indirecte, on parle beaucoup des neurosciences dans les médias. De nombreuses et très bonnes émissions de vulgarisation leurs sont régulièrement consacrées. Et qui plus est, les neurosciences sont la base de connaissances et de construction d'outils chez La Consultante Énervante. Nous faisons des trucs très sérieux, mais sous forme très ludique ! Et ce sont les neurosciences qui nous aident à faire cela.

Mais c’est quoi les neurosciences ??

L’observation du cerveau en action, en temps réel

Les neurosciences, c’est une coopération entre des branches scientifiques différentes qui mettent en communs leurs travaux et leurs découvertes sur le fonctionnement du cerveau humain : biologie, psychologie, anthropologie, médecine, chimie, informatique, mathématique, cybernétique.

Ce qui caractérisent les neurosciences et a permis des avancées considérables sur la compréhension de certaines pathologies ces dernières années, c’est qu’elles observent des cerveaux vivants et en temps réel, grâce aux technologies d’imagerie médicale (les IRM fonctionnelles). 

Le cerveau et la penséeEt les apports de ces disciplines ne se limitent pas, loin s’en faut, à l’étude des troubles ou des pathologies. Elles offrent aujourd’hui des connaissances essentielles sur la manière dont « fonctionnent » les humains, leurs constructions mentales et sur l’importance de la part inconsciente. A titre d’exemple, la puissance et le rôle majeurs des émotions, très longtemps minimisés et même ignorés dans nos cultures cartésiennes et chez les scientifiques eux-mêmes, figurent parmi les apports notables des neuroscientifiques depuis une vingtaine d’années. Les travaux de chercheurs comme Antonio Damasio et bien d’autres ont modifié et fait évoluer considérablement la compréhension de la conscience, de la pensée, de la prise de décision, de l’intelligence, de la perception, de l’apprentissage, des comportements…    

Elles sont partout…

En effet, les neurosciences sont de plus en plus présentes dans notre quotidien, sans que nous le soupçonnions toujours. Des pans entiers de notre société ont bien compris l’intérêt de leurs apports. En premier lieu le marketing, qui a développé une branche spécifique : le neuromarketing. Très intéressé et instruit de la manière dont nous prenons nos décisions d’achat, dont nos opinions, nos valeurs, et bien sûr nos émotions influencent nos sens, nos perceptions, notre mémoire, nos préférences, ce secteur du marketing est friand de nouvelles découvertes sur notre cerveau. De grosses entreprises financent des études qui bien que coûteuses s’avèrent très rentables. En France, des limites juridiques empêchent certaines dérives car les tests avec IRM ne sont pas autorisés à des fins neuromarketing. Mais les contournements sont toujours possibles. Il suffit pour cela de faire effectuer certains tests dans un pays voisin, comme la Belgique par exemple. Ainsi les marques (Google en tête, mais il y en a bien d’autres) entrent-elles dans Neuromarketingnotre cerveau pour influencer nos envies et même modifier notre perception du goût, la plupart du temps, sans même que nous soyons conscients de cette prise de pouvoir.

 Et le marketing n’est bien sûr pas le seul à s’intéresser à notre cerveau. L’économie, la finance, le management, la psychologie et même le monde judiciaire (aux Etats Unis) intègrent de plus en plus les nouvelles connaissances. Toutefois les objectifs et l’utilisation des savoirs sont très différents selon qui s’y intéresse.

Elles ébranlent fort heureusement certaines certitudes que nous avait inculquées la pensée économique depuis le 19ème siècle, telles que le concept de l’homo oeconomicus. Les économistes nouvelle génération Amos Tversky et Daniel Kahneman ont reçu le prix Nobel d’Économie en 2002 pour leurs recherches sur l'irrationalité de nos comportements économiques. Le processus de prise de décision (dans lequel la rationalité est loin d’être celle de l’homo oeconomicus) le caractère  hypersocial et empathique de l’humain, socle de sa motivation avec la reconnaissance, la gratitude et quelques autres, déconstruisent ce principe fondateur de systèmes économiques. L’économiste Daniel Cohen se penche lui aussi sur l’humain en pointant la nécessaire prise en compte du besoin de sens, de valeurs et de reconnaissance (« L’homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux »). 

Les neurosciences : des connaissances précieuses des humains sur eux-mêmes

Dans la mesure où elles offrent de plus en plus de connaissances sur le fonctionnement de la pensée et du comportement humain, ces sciences demandent, comme tout progrès, à être utilisées avec éthique et prise de recul. Le danger pourrait venir d’une tentation de façonner dès l’enfance ou même avant, des êtres d’excellence, ou de manipuler des groupes humains ou des individus (ce qui est déjà le cas dans une certaine mesure).Cerveau apaisé

Mais soulignons qu’un outil ou un savoir ne sont jamais « mauvais » en eux-mêmes. Ce qui importe et qui va faire la différence c’est qui les utilisent et à quelles fins.

Et les neurosciences offrent des connaissances extrêmement bénéfiques pour faire évoluer la santé mentale et physique, le bien-être individuel et collectif, les relations humaines et bien d’autres domaines encore. Aussi leur utilisation éthique permet-elle de construire des approches notamment pour l’entreprise, amenant à des relations de confiance avec les collaborateurs, les managers, les clients, etc. et aidant à créer le contexte du bien-être au travail car :

  • Elles prouvent aujourd’hui de manière scientifique le lien entre état émotionnel apaisé, lien social et bien-être
  • Elles démontrent les capacités empathiques comme « équipement » de base du cerveau devant être stimulé
  • Elles torpillent des ‘neuromythes’ et des stéréotypes changeant ainsi notre regard sur l’humain : sur la résistance ou l’adaptation au changement, sur l’importance de l’émotion, sur nos immenses capacités d’apprentissage jusqu’au bout de la vie et les mécanismes de mémorisation, sur nos sources de motivation,
  • Elles permettent de comprendre certains de nos automatismes, de les dépasser ou de les utiliser autrement
  • Elles décodent les ressources et les biais cognitifs dans les prises de décisions
  • Elles donnent à réfléchir et à penser l’organisation et la collaboration d’une manière différente plus adaptée au bien-être et à la performance

Tant d’apports encore pourraient être cités, que les quelques éléments ci-dessus ne constitue qu’un panel très incomplet et imparfait. Ce qui peut toutefois être ajouté, c’est qu’il est véritablement passionnant et inspirant de pouvoir accompagner aujourd’hui les entreprises et les humains qui les « habitent » dans une démarche de culture de progrès humain et d’organisation collaborative, grâce à ce support fantastique que sont les neurosciences. En bref résumé, ce qu'elles permettent aux intervenants de La Consultante Énervante, c’est de construire une ingénierie de solutions concrètes et opérantes pour favoriser l’apprentissage, l’ouverture d’esprit, la collaboration, la créativité relationnelle, managériale. Une collaboration pleine et confiante et une compréhension mutuelles, indispensables aux relations humaines, qu’elles soient professionnelles et personnelles. Créer le contexte d'équilibre individuel et collectif, propice aux relations apaisées et au bien-être au travail... et en dehors du travail.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Rencontrons nous !

Vous souhaitez :

  • Renforcer la collaboration et la cohésion dans votre entreprise
  • Dynamiser vos équipes
  • Fidéliser vos clients

La Consultante Énervante vous propose une solution.

  • EURL au capital de 1.000 € - Siret : 820 170 785 00019 -
  • Adresse : La Grande Soirade - 01990 Saint Trivier sur Moignans
  • Déclaration d'activité enregistrée sous le num. 84010179901 (Préf. Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Téléphone : 06 08 94 43 75
  • Email : contact[at]laconsultanteenervante.com
  • Web : laconsultanteenervante.com